> Critiques > Labelisés



Quel bonheur plus princier peut procurer le fait de chanter Socialiste en tong dans un camping (le nouveau dada des français) avant de retourner illico dans notre résidence secondaire pour siroter une coupette de champagne le visage légèrement fouetter par une brise marine subtilement salée. Quelle claque l’écoute de ce twisted charm ? ce chant chaotique qui donnerait de l’urticaire à un juriste belliqueux de la nouvelle star, cette passion à peine voilée pour Devo et ces textes qui pourrait rendre jaloux Pierre la police. Certainement pas plus âgé que le énième fils caché du grand maître de Monaco, les Twisted Charm fonce droit devant chantant avec un plaisir non dissimilé des chansons aussi piquantes que l’adorable London scene ? ou la déglinguée Layabout. A l’image de ce que pouvait faire les buzzcocks à l’époque du post punk, les Twisted Charm s’amusent de tout bousculer par une écriture pop dévastatrice. Le parfum qui se dégage de ce Twisted Charm sent bon et fort, comme pouvait sentir le premier Supergrass. They should coco.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.