> Critiques > Labelisés



Josh Rouse devait en avoir marre des villes américaines, soit sauvées par Jack Bauer ou parasité par la vérole des flics de the shield. Lui qui pourrait bien être le fils de Marry Popins et de Brian Wilson, rêvait de soleil et de sensualité plutôt que de la sauvagerie et du pessimiste. C’est une belle ibère qui subira le regard fougueux de Josh. Paz Suay, sorte de Jennifer Charles, parfait rayon de soleil dans des chansons déjà si lumineuses. Ces chansons pop, ne sombrent pas dans le sirupeux tout en étant sucrées au possible, en témoigne le jon jon entraînant, pouvant faire passer le casanova de Divine Comedy pour une catastrophe sonique. Sensuelle et piquante (the ocean always wins a du être enregistré avec tous les mâles avoisinant attachés) Paz Suay donne le sourire à Josh Rouse et à l’auditeur, et des réponses (answers concentre suffisamment de vitamines pour une bonne journée du bon pieds) à cette frange de chanteur qui s’enfoncent dans le gris, ouvrez les volets les gars, prenez l’avion ou le bateau et dites-vous que le plaisir ne dénature pas le talent, et prenez celui-ci tant qu’il est là. Un disque philosophique et addictif.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.