> Critiques > Labelisés



Si je parle aux plus jeunes de nos lecteurs, le nom d’Everything But The Girl peut soit les amener à nous parler de techno ou au mieux de Massive Attack, ou au pire d’une sitcom qu’il aurait cru croiser sur une des chaînes du câble, mais comme il y a trop, patati patata. Pour les plus vieux, Everything But The Girl c’est ce groupe que nous écoutions quand dehors il faisait froid et que la douceur pouvait être la seule à panser des plaies béantes dans nos cœurs encore fragiles (oups !). Munck et Johnson sont les Eveything But The Girl de la nouvelle génération, un duo collé à son temps mais tout aussi imprégné d’une écriture mélodisque hors pair. Les chansons de count yours blessings ne fanfaronnent pas, elles sont des feuilles tombant d’un arbre, avec l’aide d’un vent ami elles prendront du temps à tomber sur le sol pour finir par changer de couleur. D’Everything But The Girl le duo a cette limpidité, ce don de l’effacement au profit d’une luminosité douce. Utilisant l’atmosphérique comme source de coloration, le duo perd en fragilité ce qu’il gagne en mystère. Count your blessings est un disque que nous garderont jalousement tout prêt de notre lit, un disque que nous ne partagerons pas, un disque pour nous seul au milieu du chaos, un disque ami à la fois du silence et de la mélancolie, un disque du temps qui ne passe pas. Coup de cœur.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.