> Critiques > Labelisés



J’en ai croisé quelques-uns depuis mon adolescence. Parfois certains ce sont manifestés comme des gifles, d’autres auront eu besoin de temps pour s’affirmer. Ici il passera du contemplatif au compulsif. Il se présente de façon mono-cephale, mais s’avère plus ouvert que par le passé, longeant la boum de pinotteau autant que la pine à otto qui fait crack. De là le changement est tellement rare qu’il en impose une modification du projet même de la vie. De manière empirique sans jamais être fatalement démonstratif, il se laisse vivre au milieu de la possibilité même de mourir. Mais le plus difficile restait de ne pas croiser deux fois son chemin, jouxtant les traces tout en préconisant d’utiliser une déviation. Entre la tendresse et un son millénaire et organique, juste entre la machine et le charnel. Alors si mercury rev et que air est en semaine, M83 plane et grandi comme jamais, signe son temps, délimitant la destruction de ses frontières à sa totalité, préférant tout casser sans pour autant reconstruire sur les ruines. D’un son, M83 part pour revenir avec le monde, donnant aux astronomes l’explication du big bang, sans pour autant dégommer une comète. Préfigurant peut être ce que seront nos défenses, M83 combine anticorps et virus virulent pour la potion de l’avenir, sortant tout de l’écran. J’en ai donc croisé, pas depuis bien longtemps, une dizaine sur cette décennie et " before the dawn heal us " en est un, et aura donc son moment d’éternité, de postérité, ce que l’on appelle l’intemporalité. On appelle aussi cela un chef d’œuvre absolu. Valentine ne saigne plus, elle crève de jalousie et bien d’autres aussi. Chef d’œuvre donc.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.