> Critiques > Labelisés



En faisant référence à l’art contemporain, Action Dead Mouse se pose là, mais aurait bien pu tout autant finir à la nouvelle star avec sur les bras des tatouages Decaux suicidal for the life. Mais ces émissions qui redonnent de l’espoir aux enfants de la starification ne pourraient à coup sûr ne pas entamer des morceaux de bravoure comme wegmann, morceau qui a lui seul peut vous permettre d’écrire le premier tome des offres de la rédemption. Pendant huit minutes, tel un flip book les strates de la vie sont comme signifiées avec la maestria d’un conteur habile (non non pas decaux, mais bon n’ayez pas peur). Conteurs sans mots, jonglant entre l’indie pop et le post comme si les passerelles n’avaient jamais existé, Action Dead Mouse pourrait trouver dans cette formule toute faite et rapide une définition certes abrupte quand on entend la souplesse des compositions du groupe. Chaque titre s’écoute comme un album seul, nécessitant de revenir sur ses pas pour acquérir les gammes. Les morceaux de ce groupe au trois quart italien. Habitant à Bologne, ils sont aussi fournis qu’un roman aux abois qui se verrait non pas à l’image de Perec interdire des lettres les mots qui serait comme le sable d’un sablier coulant irrémédiablement dans le bas de celui ci. Du surréalisme un rien bestial.




 autres albums


 interviews


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.