> Critiques > Autoproduits



A peine le Cancel EP avait fini de nous électriser que Côme est de retour avec un Cows EP, véritable coup de poing. Si on sentait une filiation avec un Bob Mould engourdi, sur ce nouvel EP, Bob prend un coup de vieux implacable. Depuis le « Beaster » de Sugar, rares sont les chansons à nous coller sur une chaise d’électricité comme peut le faire « Bandits ». Sauvage même dans ses repos (« Kiill You ») Côme apprend à maitriser l’électricité, soit en la laissant tout cramé (« Cow ») soit en la canalisant (« Sorrow ») permettant au courant de quand même nous piquer les doigts. Presque inquiétant sur ce « Grave » faussement lumineux, « sonicien » sur l’arrière plan, Côme donne même aux abonnés de la mélancolie entrainante le droit de ne pas quitter le plancher des vaches (« Tale »). Si on pourra pinailler sur une production chiche, il n’en demeure pas moins que Côme réussit en deux EP ce que l’on attendra jamais de certains groupes pour qui l’électricité se résume souvent à la diode d’un compteur EDF. Chez Côme les vaches volent, car leurs pattes sont brulantes.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.