Clinton Williams, musicien néo-zélandais qui officie depuis plus de 20 ans sous le pseudonyme Omit n’est pas à proprement parler un communiquant zélé. Il semble au contraire prendre un malin plaisir à rester enfermé dans sa bulle, ayant toute les peines du monde à parler de sa musique et de sa démarche artistique. Cantonné dans une démarche artisanale de micro-sorties sur des cassettes recyclées à la fin des années 80, il aura fallu patience et insistance de labels tels que Corpus Hermeticum ou Anomalous pour que la musique d’Omit sorte enfin d’un anonymat par trop regrettable.

Dernière sortie en date, ce double album "Tracer" explore une fois encore les obsessions de Williams pour les ambiances sombres et paranoïaques, la dislocation psychologique des individus et les mélopées lentes, mécaniques et répétitives. Essentiellement composé à partir d’instruments électroniques vintage et de quelques effets volontairement rudimentaires, "Tracer" déploie sur deux disques ce qui représente sans doute le travail le plus abouti d’Omit… Dés les premiers crépitements du titre d’ouverture, le ton est donné et le suspens s’installe. Puis de longues nappes synthétiques et mouvantes s’installent… Mi-drones, mi-cosmiques, elles ne sont pas sans rappeler le travail de Klaus Schulze sur son chef d’œuvre "Cyborg". Très vite, le temps est comme suspendu ou plutôt semble se dérouler à une autre vitesse, ni plus lente, ni plus rapide, juste différente, comme si Omit nous ouvrait les portes d’un univers parallèle.

L’écoute de ce double album provoque une sensation assez paradoxale : L’auditeur est en effet happé dans des contrées musicales d’une noirceur absolue, dans une paranoïa extatique et sublimée mais, simultanément, il est comme enveloppé dans une poche sonore amniotique douce et réconfortante tout au long des deux heures de ce lent voyage musical immobile. Cette cohabitation étonnante et permanente entre l’ombre et la lumière qui était déjà la principale marque de fabrique d’Omit font de Clinton Williams un équilibriste improbable et superbement doué !


Réagir à cette chronique




 en concert


 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.