> Critiques > Labelisés



Elle ne voyage pas vraiment en solitaire. La guitare en bandoulière, et des histoires comme des compagnons de route, qui répondent à ce monde en mouvement. Pollyanna, aka Isabelle Casier est de retour. Enfin diront ceux qui guettaient une suite discographique, oubliant que notre troubadours aime avant tout à arpenter les scènes dans des compositions hétéroclites, plutôt que de s’enfermer dans les quatre murs d’un studio qui vous empêchent de suivre le rythme, lui mouvementé, des saisons. Spring est comme la saison, l’introduction à un Eté plus grand plus chaud, un album. Composé de trois titres à paraître sur le prochain album qui sera produit pat Ceddy Gonod (Coming Soon, Red, Zak Laughed…) et trois autres enregistrés dans le cadre des « Kitchen Session ». La voix est toujours aussi douce et belle, sachant se faire forte quand l’émotion nécessite de passer par des bais différents. « My Favourite Song » s’il ne dénote pas dans ce que nous connaissons de Pollyanna, le titre subjugue notamment par l’introduction d’une contrebasse (sublime idée de ce nouveau Pollyanna). « Real Life » est une belle chanson de marche qui épouse un pas sautillant dans une prairie égayée par des fleurs sauvages. Le changement, en douceur viendra le temps de « Old Rockers » morceau étonnant chez Pollyanna, musicalement mais surtout dans le chant d’Isabelle, comme si la diffusion du come back de Presley récemment sur Arte avait donné des idées et des envies bien légitimes. Ces trois titres sont annonciateurs d’un album qui fera la part belle à l’écriture et aux enluminures soignées, jamais précieuses car Isabelle ne connaît qu’une faute de goût, celle de ne pas connaître l’approximation. Transpirant la mélancolie la discographie de Pollyanna ne souffrira pas de ce « Spring » annonciateur d’un été musical radieux, et d’ici là le monde sera lui toujours en mouvement, enfin, un monde.