> Critiques > Labellisés



Les disques les plus beaux sont parfois ceux faits de bric et de broc, dont on a l’impression que tout peut se casser la figure d’un instant à l’autre. Alors the hour of bewilderheart ou odelay, nous donnaient cette impression. Puis les temps évoluant, ces disques de bric et de broc, s’entouraient d’éléments électroniques, pour nous donner de superbe disque comme le mani de dorine_muraille par exemple. Et bien colleen joue dans cette catégorie. Un disque proche des travaux de Julien Loquet. Mais la où le bonhomme tire plus vers l’expérimentation, la jeune parisienne Cecile Schott, joue elle plus sur les ambiances, que sur l’expérimentation purement instrumentale. Everyone alive wants answers, nous offre alors de superbes morceaux comme ce ritournelle, qu’on croirait sorti d’un film policier noir, très noir. Une boite a musique, mi berceuse mi boite de pandore, saute à nos oreilles sur le magnifique babies. Tout ceci forme un disque dont on sent parfois de la maturité dans la maîtrise des mélodies et de la naïveté dans ces superbes atmosphères envoûtantes. Et on sent en plus que la demoiselle peut nous emmener encore plus haut, on sent qu’elle possède ces mélodies qui nous font chavirer, et si ce disque est déjà superbe, on salive déjà à la seule pensée d’un prochain album. En vous remerciant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.