> Critiques > Labelisés



Bon je dois vous l’avouer je chronique ce disque pour m’enlever un jeu de mot qui me vient depuis la réception de ce disque, jeu de mot qui me ramène à l’époque où Jacques Chirac était la star des guignols de l’info, via un jeu qui le rendait irrésistible face à un VGE au bord de l’agonie.

La sortie de l’apathie dans lequel est l’ancien président pourrait être précipité par l’écoute de cet album de Child Bite, groupe pouvant n’enorgueillir du titre de meilleur groupe live de Detroit. L’état d’apathie n’étant pas le mien, je devais trouver autre chose que l’énergie disons brutale, pour ne pas dire bestiale que dégagent les chansons de Child Bite. Je vois ici les fans de la six cordes admirer les trente milles notes jouées à la seconde. J’entends les fans de la batterie qui n’ont qu’une obsession que de voir les futs ressembler à la peau de Johnny Hallyday, se délecter de ce que j’appelle de la brutalité. J’entends les adeptes du chant braillé, me donner une leçon de respiration afin de pouvoir liquider un litre de tequila tout en récitant la poésie que les Child Bite nous propose.

Mais bon, là moi cela ne passe pas une seconde, même en l’écoutant dans des conditions extrêmes (par exemple dans le RER B à 18h30 en plein été à Chatelet) rien n’y fait, j’ai du mal à trouver le fil qui me conduirait vers la vérité. Pour cette raison de vous fait chat bite et comme vous ne pouvez retoucher votre père, ce sera à vous de l’écouter maintenant, et d’aimer pourquoi pas.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.