> Interviews



Me direz-vous :

On compose pratiquement tous nos morceaux à la guitare acoustique sur un coin de table ou de canapé. Les chansons sont triturées en repet, malaxées en concert avant de passer à la photographie sonore du studio. Sur scène, Me direz vous, est très brut ; un clavier stoogien et mono-note (I wanna be your dog) soutient la guitare. Avec notre coproducteur (Johan Ledoux) nous avons eu envie de déconstruire et rebâtir ce titre pour le rendre plus intensif et direct. L’essence de la chanson est là et le style Léonard est clairement lisible dès l’ouverture de l’album.

Oublie :

Notre précèdent album marquait notre installation dans une petite ville en bord de Loire, nos textes parlaient principalement des voyages imaginaires et bucoliques que nous évoquait toute cette nature. Sur ce nouvel EP, on se détache des sujets autobiographiques et on ose la chanson sentimentale sous toutes ses formes. Oublie aborde le thème des liens amoureux ou amicaux si difficiles à démêler quand vient l’heure de la séparation. Charlie Poggio a superbement finalisé ce morceau avec une batterie aérienne et à fleur d’Émotion. C’est notre partie préférée de batterie de cet EP.

J’entends de la musique :

Pour la composition de ce morceau nous sommes exceptionnellement partis d’un son. Un riff de guitare dont le delay/echo crade et organique sort tout droit de la pédale fétiche de Jean-Baptiste, la Deluxe Memory Man d’Electro Harmonix. Une boite à rythme évolue tout au long du morceau, le son passe par des pédales d’effets, un octaver, une disto, des reverbs, que nous avons traités en direct au moment de l’enregistrement. Ce titre, un peu à part, est l’une des facettes de Léonard. Nous avons, tous les deux, des influences très diverses et on ne veut pas se limiter et choisir entre la pop, le rock, le dub, ou le shoegaze, on mélange un peu tout ça, quand ça nous chante et surtout quand ça a un sens pour la chanson.

L’enfant Capricieux :

C’est Notre morceau rock roll ! La guitare et son slapback sont un clin d’oeil aux premiers disques de Jean-Baptiste ; les classiques US aux guitares gretsch très réverbées. C’est aussi le premier titre clippé de l’album. Réalisé par Lydie et filmé dans notre studio de répète, à la maison avec les moyens du bord et l’énergie du morceau.

Joyful :

Nous n’avons pas de procédé type dans l’écriture et la composition des chansons. Pour Joyful ce sont les accords qui sont venus en premier. Ils sonnaient différemment de nos précédentes compos, très gospel, spirituels, les paroles devaient donc être en anglais. La version live est folk/gospel, pour le studio nous sommes partis sur un arrangement dub, qui conserve malgré tout le coté spirituel de la chanson. On aime bien proposer des versions différentes en live et en album. C’est une façon de ne pas figer notre musique dans une formule de la garder vivante et réactive à nos humeurs et nos envies changeantes.

Au revoir :

Cette chanson est née une belle journée d’automne, sous des arbres ancestraux et sans doute un peu magiques puisque la musique et les paroles nous sont venues quasiment simultanément. Nos textes offrent toujours plusieurs lectures et interprétations possibles. Nous aimons l’idée que notre auditeur soit dans une écoute libre et active et que nos chansons évoluent en nous racontant de nouvelles histoires suivant les moments que l’on traverse et les personnes que l’on rencontre…



 chroniques


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.