> Critiques > Labelisés



La chanson d’ici a souvent fait un complexe avec le rock d’ailleurs, et nous ne comptons plus les ersatz de groupes Anglos saxons qui un soir de beuveries décident de reprendre l’intégralité d’un album des Stones ou du Velvet avec une relecture façon Bigard des paroles, trouvant un jeu de mot aussi pourave que les blagues du comique français. Et le pire c’est que cela marche.

Rare sont ceux qui se sont risqués à faire une pop rock, avec un second degrés presque évident, lorgnant vers les débuts de Bashung ou comme Jean Patrick Capdevielle sauf que là le second degrés n’est pas évident.

A priori pas des perdreaux de l’année, The Rebels Of Tijuana ne devait pas tomber dans l’écueil, la maturité interdisant les sorties de route irrémédiables, achevant une carrière comme celle d’un Cali qui pourrait à lui seul nous faire regretter la fin de la dictature en Espagne. Je m’égare. « Mambo » puisque c’est de cet EP qu’il est question est un disque que l’on emmena siffloter, quatre titres que l’on a certainement déjà écoutés, mais qui ici combinés nous facilitent la tache. Pas le temps d’être sérieux, pas non plus le temps de tomber dans la facilité, les titres se tiennent, et on sent (surtout sur "Are You Ready For The Country") le plaisir que le groupe a eu de jouer ensemble, pensant certainement déjà plus à la scène qu’à une véritable gravure dans le temps sur un support.

« Mambo » est ici une danse imaginaire, celle des aiguilles d’une table de mixage qui ne cessent de se mettre du bon côté, entamant même une parade sexy et sexuée (Lady Acide). Ils parlent des portes de la déception, mais passez plutôt le seuil des portes d’une forme de perfection. A découvrir.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.