> Critiques > Labelisés



Malgré son nom, Jim Yamouridis n’est pas grec, mais Australien. Tout comme Nick Cave, avec qui il partage une voix sombre et profonde, ainsi que des musiciens, ses précédents albums ayant été produits par Conway Savage puis Warren Ellis, tous deux des Bad Seeds. Désormais exilé volontaire en France (en Auvergne, même !), Jim Yamouridis publie ce mois-ci son quatrième disque, sur le label artisanal et participatif Microcultures. Ce qui permettra à tout un chacun de devenir producteur de ce nouvel opus (en passant par le site du label).

Voici donc le quatrième album du Jim. Encore un que l’on a attendu avec impatience, tellement les deux précédents nous avaient plu. De prime abord, « The True Blue Skies », le disque, est moins bon que ses prédécesseurs. En réalité, il est plus subtil. Il n’y a pas ici de titre évident, pas de tube à la « Travelling Blind ». Il nous a donc fallut quelques écoutes avant d’en appréhender toutes les nuances. Et pour fondre à l’écoute des aventure de Mireille la mouche, une première chanson interprétée en Français, avec un accent craquant. Ou à rêver de soirées au coin du feu avec Jim interprétant « The True Blue Sky » (le morceau) ou « The Fields and the Meadows » et sa batterie aérienne et lourde à la fois.

Sur ce quatrième opus, l’Australien, est moins rock que sur ses précédents disques. Il s’éloigne de l’univers de Nick Cave ou Leonard Cohen, auxquels il faisait beaucoup penser. Il créé désormais son propre univers, plus poétique, plus doux. Il faut dire qu’il est très bien accompagné par la contrebasse glissante de Sarah Murcia, la magnifique clarinette basse de Fabrice Barré, la harpe entraînante de Laure Brisa et la guitare délicate de Seb Martel (qui joue aussi avec M, ce qui n’a rien à voir). Tout cela sans parler d’arrangements tout en finesse. Bref, on reprendra plaisir à écouter les trois précédents opus. Et à continuer à mettre celui-ci sur notre platine.

Et puis, dernière recommandation : Jim Yamouridis est encore plus fort sur scène que sur disque. C’est là que sa musique prend toute son ampleur, face à un public en petit comité et attentif. Donc, si vous avez l’occasion de croiser sa route, n’hésitez pas un instant !




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.