> Critiques > Autoproduits



Ici il est question de délicatesse, de douceur, de nuances dans les tout petits riens... Quelque part, ce qui forme la féminité...Cette éternelle incompréhension entre ce monolithe de pudeur et de ridicule qu’est l’homme face à ce voile volatile et frondeur de vous autres, femmes....

Ici, il est question de brisures joueuses dans la voix, de dérobades pudiques dans les emportements feutrés du chant de Claire Redor...

Mais qui est donc Claire Redor ? Pourquoi ce nom vous dit quelque chose ? Vous ne parvenez pas à vous rappeler... Comme c’est agaçant ces moments où l’on sait que l’on sait mais qu’on ne sait plus ce que l’on doit savoir...

Claire Redor officie dans Verone tant sur scène que sur album... Je tiens d’ailleurs à remercier ici Fabien Guidollet, chanteur du groupe, à m’avoir conseillé l’écoute de ces titres égrénés ici et là sur Internet...

Ici, il est question d’autre chose que de la Pop,d’une Pop qui partirait sur les terres d’une certaine Variété Française des années 70.... Non ne fuyez pas, vous auriez tort... Les variétés françaises ne se limitent pas à des émissions rances de Marythie et Gilbert Carpentier dignes d’une France amidonnée sous Pompidou....

Non, les années 70, c’est aussi Anne Sylvestre (et oui j’assume haut et fort) qui provoque le malentendu avec ses fabulettes qui la limitent souvent à un statut réducteur de chanteuse pour enfants (et oui j’assume haut et fort), Gerard Manset ou Françoise Hardy....

Ici, il est question d’une sensualité à fleur de peau, loin de toute romance ou pathos irritant avec ce piano dominant où l’on croit retrouver le John Cale des B.O de Philippe Garrel....

Etrangement, les couleurs qui me viennent aux yeux face à la musique de Claire Redor, ce sont des tonalités sépias et automnales et ce malgré l’aspect solaire et estival de "Tableaux Volés"...

"Sous ta capeline je te devine sous le voile de ton pareo dieu qu’il fait chaud"

Parfois, il y a des titres, dès les premières secondes, dès les premières notes, vous savez... Vous ne savez pas quoi mais vous savez... avec une évidence certaine... Vous savez... Ecoutez "Thérèse" et vous saurez.... Ecoutez "L’archer et son âme" et vous saurez.... Ici, il est question de ce que l’on n’ose pas dire, de ces petits points de suspension, petites perles comme des parenthèses dans le silence, de ces points d’exclamation chuchotés.... Vous comprendrez toute la pertinence de ce théorème, de cette addition... Beauté des textes + minimalisme des tons = Emerveillement des sens.... Et vous, messieurs, vous comprendrez enfin ce qu’est la féminité dans toutes ses palettes nuancées....

https://www.facebook.com/pages/Clai...




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.