> Critiques > Labelisés



La Palingenesie est l’action de revenir à la vie suivant le dictionnaire, et en philosophie la doctrine qui voit dans l’histoire un retour sans fin de phases cycliques. Palingenesis est le nouvel album de Nebalung (une race de chat pour les cruciverbistes) mettant fin à six années de silence pour ce trio allemand.

Valeur sure de la mouvance dite « Dark Folk », Nebelung nous offre en ce début d’année un disque à la fausse quiétude. Les six pièces musicales faisant une belle place à la guitare acoustique, ne laissent pas le ronronnement de ce genre d’exercice nous endormir, car à l’image d’un forêt scandinave, traversée sous la neige à l’époque des Vikings, ayant en son sain une troupe sanguinaire hourdant une attaque bestiale. « Palingenesis » regorge de ces coins sombres, de ces moments de terreur sourde, de peur qui coupe le souffle et fait exploser le cœur. Et comme le titre de l’album le suggère, les morceaux sont comme les roues d’un engrenage qui emmène le tout, comme si la roue du temps avait vraiment le pouvoir de ne jamais changer de rail.

Mélodiquement impressionnant, « Palingenesis » a quelque chose de surannée mais de complètement contemporain, répondant donc à son titre. Une jolie messe se jouant des lumières.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.