> Critiques > Labelisés



Cet album fut enregistré en pleine saison hivernale. D’où son titre plutôt explicite, mais également l’ambiance générale se dégageant de ces six morceaux : répétitive, clos sur elle-même, parfois mécanique. L’électro de Tucano fonctionne souvent sur un schéma simple : faire tourner une boucle ad vitam aeternam et improviser par-dessus. Cette technique, valable aussi bien dans le rock (Arnaud Michniak, par exemple, s’en sert continuellement) que dans l’électronique, lorsqu’elle touche au but, peut engranger des miracles sonores. C’est le cas ici : les titres ne dépassent que trop rarement les cinq minutes bien qu’ils pourraient s’étirer des minutes et des minutes supplémentaires sans que l’auditeur ne s’en offusquerait.

L’aspect glacial d’une première écoute ne résiste pourtant guère aux suivantes. Il y a chez David Starr, comme hier au cœur du The Cure de « Faith », un feu brûlant qui lorgne vers le vaudou et la tentation arabisante. Les voix, archi triturées au point qu’il est impossible d’en comprendre un traitre mot, s’épuisent à égrener des slogans sur une tonalité apocalyptique (on pense parfois à Public Image Limited). Un saxophone taré vient lézarder des rythmiques tour à tour cold-wave et krautrock. Les beats s’accrochent littéralement aux tympans et refusent de baisser l’échine. De légères notes fuzz s’incrustent soudainement dans cette électronique aussi fascinante que délicieusement malade.

Car ne pas s’y méprendre : bien que majoritairement synthétique (malgré les guitares très… Cure de l’hypnotique « i.d.b.p. »), Tucano possède les idées et la puissance d’un groupe de rock. C’est assez remarquable : pendant que de nombreuses formations à guitares sursaturent leurs instruments pour n’accoucher que d’une montagne de vide (même pas peur), Tucano, en traquant l’épure et le répétitif, propose aujourd’hui un album bien plus martial et dangereux (et sans parole sinon des râles et des incantations) que ceux proposés dorénavant par les supposés « rebelles à messages ». Tucano n’a sans doute aucun message concret à transmettre ; ce qui est fort logique : sa musique parle pour lui.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.