> Critiques > Labelisés



Surfant avec grâce sur la mode garage-lofi-psyché, un trio de Melun, Dusty Mush, vient de sortir à seulement 250 exemplaires un premier EP (de quand même neuf titres) vinyle, après avoir fait paraître des K7 (dont un split avec les Afriacins du Sud de The Futur Primitives) Il y a de la réverb’, du fuzz à foison, de la guitare saturée, c’est riche en références (les habituels et appropriés Ty Segall ou Thee Oh Sees) et le nom même du groupe exprime bien ses intentions, Dusty Mush, pris littéralement, c’est bouillie poussiéreuse. Se moquant d’eux mêmes et du goût pour un genre qui fait fureur dans les garages et caves de pavillons où de jeunes futurs rock star s’entraînent sur leurs instruments, les Dusty Mush sont une vraie promesse française.

Cédric, Romain et Maxime débarquent avec arrogance et talent guitare à la main, en jouant des coudes, l’impertinence de la jeunesse dans leur musique et leur visage.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.