> Critiques > Labelisés



Fan absolu de Vandaveer depuis la découverte de l’album “Divide & Conquer” au cours d’un voyage à Austin, Texas, j’attends chacune de ses nouvelles productions avec impatience. Sur “Divide & Conquer”, Vandaveer offrait dix titres oscillant entre country au coin du feu et ballades inspirées à la Tindersticks matinés de Lambchop. Splendide.

Avec “Oh Willie Please”, son dernier album, le Texan ne cache pas ses origines. avec onze titres totalement country. En fait, le LP est une collection de reprises de standards de folk et de musique traditionnelle américaine, enregistré dans une vieille ferme à Lexington dans le Kentucky. Ce dernier album sonne exactement comme doit le faire la musique qu’on rêverait d’entendre dans un bar miteux au fond d’un bayou infesté d’alligators. Slide guitare, banjo et chants, souvent en duo avec la voix nasillarde de Rose Guerin, racontants les histoires horribles du village (des murders ballads) se succèdent.

N’étant pas amateur de ce style de musique, il m’a fallut plusieurs écoutes pour me mettre à apprécier ce qui est finalement un bon album. C’est "The Murder of the Lawson Family" qui, la première, a accroché mon oreille, avec son histoire d’un père qui tue sa femme et ses six enfants, racontée comme une berceuse légère. Puis mon attention fut attirée par "Poor Edward", qui livre l’aventure du pauvre Edward poussé au suicide par son second visage. Enfin, la narration tout en douceur du meurtre de la fille de Knoxville ("The Knoxville Girl") et l’emprisonnement du tueur dans la prison du même nom a fini de m’emporter. A partir de là, la partie fut gagnée par Vandaveer, qui a réussit à me faire écouter un disque de country en boucle. Ce que la poitrine génereuse de Dolly Parton n’a jamais réussi à faire. Une preuve de qualité !




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.