> Critiques > Labelisés



Eleve Ben Frost au tableau. Jeune homme qu’est ce que c’est que ce travail ? Vous croyez qu’en provoquant chez l’auditeur des grimaces, des rictus de gène vous allez pouvoir obtenir les félicitations de la profession ? Vous savez Monsieur Frost certes Guy Degrenne est aujourd’hui le premier, mais entre ses couverts et le drap de drone que vous nous offrez il y a une différence que même un ingénieur de la SNCF pourrait trouver.

Votre travail me fait penser à un livre en braille fait sur du papier de verre pour écorcher les mains du lecteur, avec un rien de cynisme, et de bonheur à le voir saigner. Ici ce sont nos oreilles qui saignent pour un disque qui se pâme (on voit bien le plaisir malsain) d’aller aussi loin dans l’intolérable acoustiquement parlant. Vous aurez beau essayer de nous reprendre au vol via des rythmiques aguichantes, ne vous trouvez pas, nous ne prendrons jamais cette vessie pour une lanterne.

Je pense rapidement convoquer vos parents pour que votre retour à l’adolescence frondeuse cesse, sous peine de vous voir définitivement vous ostraciser vous même, car entre la provocation qui questionne et celle qui ne fait que déranger, vous avez choisi. Vous pouvez retourner à votre place et écouter le travail de certains de vos camarades.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.