> Critiques > Labelisés



Oiseau chantant bolivien, Luzmila Carpio bénéficie du soutien d’un label dont on ne dira jamais assez de bien, Almost Musique, découvreur de curiosités musicales de très bonne qualité (dont Arlt, pour donner une idée). Luzmila Carpio est une chanteuse très connu chez elle, mais son talent avait bien du mal à traverser les frontières et la mer, et sans doute, également, nos préjugés. Car oui, malgré nos esprits ouverts et curieux, nous sommes plein de préjugés, et d’images de bonnets péruviens et de flûtes de pan en périodes estivales, de world musique bien pensante et de café équitable.

Mais Luzmila Carpio, c’est bien plus que cela. Almost Musique réédite une compilation de titres publiés entre 1993 et 1997, en K7, des titres remasterisés pour l’occasion. La chanteuse, ancienne ambassadrice en France pour la Bolivie depuis 2006, interprète des airs populaires, indigènes, des peuples de la montagne, en langue quechua. Car elle vient de Kala Kala, un village situé dans la Cordillière des Andes, où elle est née, au début des années 50, et ne parle pas, dans son enfance, l’espagnol. C’est une chanteuse engagée dans un combat pour les peuples indigènes de son pays, et pour l’Unicef, elle a enregistré des cassettes en langue indigène. Ce qu’on peut écouter aujourd’hui, c’est une compilation de ces cassettes-là.

Le filet de voix de la Bolivienne s’élève haut dans les airs, accompagné de chants d’oiseaux, d’instruments traditionnels. C’est résolument moderne et surtout pas folklorique, mais folk, oui, brûlant, troublant, vibrant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.