> Critiques > Labelisés



Après avoir usé les titres de « Wayne Interest » jusqu’à l’os, et en particulier fait de « Torpedo » le mot le plus prononcé entre les murs de la maison avec le dépêche toi de manger à ma fille, il était temps de vous parler de ce disque fulgurant et au combien détonnant des Tijuana Panthers.

Originaires de Long Beach, ils vont être aussi facile à vous situer sur la carte du monde musical que de vous trouver une parcelle de terre sans le moindre conflit sur le planisphère. La feuille de presse nous propose gentiment garage, punk et surf, et nous ne pouvons que souscrire, en n’omettant pas de préciser qu’aucun ne prendra le pas sur l’un ou l’autre, le tout fusionnant dans un joli fracas avec un son d’une belle radicalité, d’une belle force, avec une dynamique qui ne laisse pas de place à l’ennuie.

Les vagues qu’empruntent le groupe ne se font pas attendre, elle déferlent avec un rythme de métronome digne d’une chaine de remplissage de boite de conserve. Du coup le groupe est sans cesse aux aguets, se remettant sans cesse en question pour garder un équilibre que l’on sait fragile. Fragile le groupe sait aussi l’être, en témoigne le très beau « NOBO », chanson que l’on mettra pour séduire celle qui regardera nos yeux comme si le soleil se couchait à l’intérieur.

De bout en bout les morceaux de Tijuana Panthers nous happent, faisant de ce « Wayne Interest » un des disques les plus addictifs de cet été.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.