> Critiques > Labelisés



Avouons-le : nous ne connaissions pas Ysé avant réception de ce nouvel EP. Pourtant, cette marseillaise (d’adoption parisienne depuis quinze ans) possède déjà deux disques à son actif (un premier EP autoproduit, un album sur CGGP). De plus, elle collabora avec notre amie France de Griessen pour une reprise du « Hurt » de Nine Inch Nails ; sans même évoquer une réappropriation bowienne (« Rock’n’Roll Suicide »). Bref : il était temps de se familiariser avec l’univers atypique d’Ysé.

« Eldorado », cinq titres hésitant entre fureur et folie contrôlée. Cinq titres écorchés dont les obscures ambiances pourraient évoquer les atrocités de Nick Cave (période « Your Funeral, My Trial ») et le lyrisme littéraire de Noir Désir (la voix d’Ysé convoque parfois des tonalités façon Bertrand Cantat). L’électricité gronde en sourdine, prête à une explosion d’autant plus flippante qu’elle se refuse à l’exhibition. Car ici, par pudeur ou soif de tension, la violence préfère la caresse au lance-roquettes, l’insidieux à la décharge d’adrénaline. Sur ce dernier point, « Héros-limite » et « Jérémie » s’imposent comme les moments forts d’un EP dénué de mascara comme d’artifice.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.