> Critiques > Labelisés



Le Kamishibai est une forme théâtre ambulant où des conteurs font défiler des cartons illustrés pour délivrer leurs histoires à un public captivé par cet art japonais populaire. Comme souvent au Japon, pays maniant l’oxymore mieux que n’importe quel autre, la frontière entre deux dimensions, deux mondes, deux réalités d’apparence éloignée est mince. La réalité quotidienne mécanisée et un fantastique pas si surnaturel, un monde matérialiste surchargé et un monde spirituel dépouillé, l’adulte raisonnable, un peu gêné aux entournures à cause d’un costume étriqué ou d’une routine anesthésiante, et l’enfant rêveur et insouciant. Pour basculer il suffit souvent juste d’un changement de rythme, d’une collision, d’une cassure d’un haïku qui réveille les souvenirs mélancoliques d’un après-midi de printemps auprès d’une rivière survolée par des libellules multicolores ou d’un conte tragi-comique dont les situations burlesques dans lesquelles sont plongées des personnages caricaturaux appellent un rire franc et massif venu de loin.

La musique de cet album éclatant de lumière du Niçois d’origine lyonnaise est un chef d’œuvre de musique adulte, car mature, équilibrée, cohérente, précise et pensée, mais remplie de réminiscences d’une enfance pas si lointaine et d’une adolescence encore dansante, car fraîche, libre, impertinente, riche et légère. Benjamin Fincher, fait partie de cette jeune génération de multi-instrumentistes talentueux et sans complexes qui brassent allègrement les influences se fichant des chapelles, des courants et des diktats d’un éventuel musicalement correct. Dopées par une voix aérienne et un sens du groove indéniable, les étranges histoires de Benjamin Fincher convoquent un casting impeccable à l’affiche de ces morceaux souvent épiques et flamboyants : nappes électroniques élégantes autour desquelles guitares et instruments classiques s’amusent et virevoltent, montagnes russes instrumentales, rythmiques au cordeau, chœurs célestes, ... Un voyage spatio-temporel euphorisant : contrasté, plein de paysages différents, de ruptures et de pauses. Une réussite.