> Critiques > Labelisés



Anthony Cédric Vuagniaux est un artiste anachronique et atypique. Multi instrumentiste installé en Suisse, ce trentenaire semble vivre reclus dans son studio, véritable musée de l’analogique où il enregistre et mixe tout ce qui lui passe par la tête. Dans son laboratoire le temps paraît suspendu, les orgues et autres instruments vintage s’entassent. Ici pas d’ échantillonneurs midi et autres pro tools, Anthony Cédric ne triche pas et enregistre tout à l’ancienne sur son multi-pistes à bandes. Autant dire que le bonhomme est bien barré, ce qui se confirme à l’écoute de son dernier opus "Le Clan des Guimauves" dont le concept s’articule autour de 15 vignettes sonores où il est notamment question de gitans extra terrestres ou d’enfant sirène. Bref, ça ressemble à un grand fourre-tout sans queue ni tête mais force est de constater que la magie opère dés l’entame du disque tant le son est chaud et les mélodies accrocheuses. L’homme semble vouer un culte pour François de Roubaix et les ambiances cinématographiques de la période 1965-1975 ce qui n’est pas pour me déplaire. Ajoutez à cela une bonne dose d’humour et de dérision et vous obtenez un album lumineux, riche en sonorités organiques et en arrangements classieux. Un disque de bonne facture pour les amateurs du genre qui sauront apprécier les ambiances décalées et mélancoliques dans un esprit proche de Pascal Comelade (La naissance des cambrioleurs, Le tango du maître chanteur) et les morceaux cosmiques et groovy de Jean Jacques Perrey (Tour de la planète espace d’un cauchemar, Mon corps est une arnaque). Anthony Cédric Vuagniaux signe avec « Le Clan des Guimauves » une œuvre folle, intemporelle et exigeante qui fait office d’ovni dans le paysage musical actuel. Une bien belle découverte dont on attend la suite avec impatience. Chapeau l’artiste !




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.