> Critiques > Labelisés



Dans la série des oubliés de l’année 2014, cet album de Anand Wilder devrait être en tête de la liste. Passé inaperçu ou presque ici, ce presque disque solo du Yeasayer accompagné de Maxwell Kardon est pourtant une bénédiction de pop mélodique. Ce projet qui était en gestation depuis une bonne dizaine d’année, sort de son sommeil pour nous livrer un disque jubilatoire, dans un sens presque biblique, et je ne dis pas cela seulement à l’écoute du gospel « Opportunity » qui ferait relever un mort au moment où le croque mort comptait sceller son cercueil.

Telle une comédie musicale, ce disque nous promène au gré de ces 11 chansons sur la thématique de la trahison, d’orgueil et d’amour perdu à jamais dans une ville minière de Pennsylvanie. Accompagnés qu’ils sont de plusieurs guest (James Richardson (MGMT), Aku Orraca-Tetteh (Dragons of Zynth), Chris Keating (Yeasayer), Ryan Kattner (Man Man)) nos deux orfèvres signent un disque qu’il serait malin de glisser au pied du sapin, tant ce disque de folk, rock, gospel, pop…s’écoutera plus volontiers en cette période où le blanc commence à immaculé nos contrés, plutôt qu’en Août quand le disque est sorti. Il est toujours temps de réparer cet oubli, et de reprendre ces chansons, dont certaines pourraient voir pleurer de jalousie quelqu’un comme Elvis Costello. Coup de cœur tardif.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.