> Interviews



Tycho Brahé feat. Christophe Gay reprend "New Orleans Instrumental N°1"

Que représente R.E.M. pour vous ?

Le premier groupe de musique pour lequel je me sois vraiment passionné. Je me souviens être allé acheter « Out of Time » chez le disquaire de Chaumont (pour ceux qui connaissent cette ville, vous savez que c’était une aventure !!!) à la sortie du collège, au moment de sa sortie. C’était la première fois que j’achetais un disque et je n’ai eu de cesse ensuite de vouloir retrouver ce frisson en en achetant (beaucoup) d’autres.

Probablement parce que j’ai connu ce groupe en étant très jeune et que donc je ne suis pas vraiment objectif… mais R.E.M. représente pour moi une très belle (et rare) synthèse entre recherche/exigence musicale et reconnaissance commerciale.

Enfin, c’est en remontant les connexions qui partaient de REM que j’ai découvert beaucoup des groupes qui m’ont ensuite marqué (Velvet Underground, Feelies, Luna, Vic Chesnutt…)

Pourquoi avoir participé à ce projet ?

Parce que, en plus de ce que je disais précédemment, New Orleans Instrumental n°1 (le morceau que j’ai repris ici avec mon ami Christophe Gay) est le premier morceau instrumental que j’ai écouté qui m’ait vraiment touché. Quelque part, j’ai découvert la force d’évocation de la musique et la possibilité d’exprimer beaucoup de sentiments sans paroles, en plus de pouvoir créer des ambiances.

Si vous deviez retenir une chanson de R.E.M.?

Curieusement, R.E.M. ne m’apparaît pas comme le groupe d’une ou plusieurs chansons individuelles… ce sont plutôt leurs albums (souvent assez cohérents et différents les uns des autres) qui me marquent. Néanmoins, je dirais « Loosing my Religion » parce que c’est comme ça que je les ai découverts et qu’il y a tout de même une belle texture instrumentale au service d’une chanson imparable.

R.E.M. en un mot ?

fan

Un album de R.E.M.?

Murmur. Une sensibilité à fleur de peau, des textes cryptiques, une rythmique efficace et un guitariste qui ne sait pas très bien jouer, mais qui tisse des motifs mélodiques entêtants.

L’héritier sur la scène actuelle ?

Question compliquée parce que j’ai l’impression que ce genre college-rock est un peu tombé en désuétude… Peut-être Real Estate (mais ils sont assez loin d’avoir la carrure pour l’instant) ou The National (mais ils font des disques chiants depuis quelques années).

Tycho Brahé a un nouveau projet musical : SYCAMORE (minimalisme mélodique) avec André Cheval à sortir prochainement sur le label espagnol POLYHEDRA



 chroniques


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.