> Critiques > Labelisés



Le Seul Elément est une énigme dont l’objet est le miroir de ce qu’il contient.

Tout y est anonyme, favorisant l’appropriation de ces nappes sonores.

Chacun écoutera ce disque différemment, et je pourrais paraphraser Godard en disant qu’écouter un disque c’est le faire.

Il n’est donc pas étonnant que j’y ai entendu les obsessions pianistiques de Christian Vander, les cycles de Philip Glass (Solo Piano, The Hours), les pyramides émotionnelles d’Anna Von Hausswolf. Parce que Le Seul Elément est un disque qui nous confronte à nous-mêmes, à nos propres obsessions.

C’est aussi pour cela qu’il peut effrayer, émerveiller, séduire et inquiéter. Nous sommes le seul élément dans cette quête sans indice qu’on appelle l’existence, où nos lanternes sont bien pâles (ou les ténèbres trop profondes).

"01 03 1947" : Du chaos d’un big bang originel naît un soupçon de sens, émerge une mélodie, qui reste conduite par l’entropie d’origine. Dans cette immensité sonore, espace de perdition, les notes semblent être les cris d’une humanité qui se cherche tout en se dirigeant vers une inévitable destruction dans une agonie bruyante. C’est un des nombreux ressentis dans lesquels m’a plongé ce disque, œuvre de Bat, pianiste et batteur mais aussi maître de la spatialisation.

On peut pourtant percevoir de la lumière dans "Jance", même de l’espoir bien que les psaumes étranges viennent vite nous rappeler l’unique destination du tunnel. C’est en cela que je n’ai pu m’empêcher de faire un rapprochement avec l’inénarrable "Paved Intentions" de The Austrasian Goat (qu’un ami avisé avait également fait dans Records Are Better Than People).

Une même vocation à faire la bande son d’un pessimisme lucide, d’un nihilisme magnifié dans lequel "Heol" nous plongera malgré nos débattements. Ce disque est un album de sensations, d’immersions. Ce n’est plus vraiment de la musique : c’est une expérience.

Entre ambient, noise et arpèges au piano, notre cerveau se perd de détour en évocation. C’est ce qui fait que tant de courants semblent traverser "Meradiam". Il est expérimental au même titre que le sont d’autres univers réunis dans l’expérience de la désuétude, tout en développant sa personnalité mélodique. Sa langueur et la torpeur qu’il provoque en nous est proche de celle du black atmosphérique quand celui-ci explore l’impensable sensation du néant.

Le morceau "Meradiam" sonne comme le point d’équilibre de cette quête étrange. Un équilibre vaporeux qui évoque Carter Burwell dans ses meilleurs moments et montre à quel point Bat est soigneux quant au son, renforçant chaque impact de piano, appelant à l’évasion par des cris d’animaux cosmiques, improbables baleines sidérales. L’album sonne encore plus comme la peinture sonore d’un lieu imaginaire et de son histoire.

Ce qu’on formalise sous le nom d’ambient ne saurait dire les sensations qui traversent un être éprouvé par ce disque. Dans cette chute introspective, il se passe d’étranges interférences entre la pensée d’un créateur et ce qu’on y met de nous-mêmes à son écoute. Ecouter, ou entendre ce disque, c’est faire face. Et cet ultime face à face aura lieu dans "Essist" dont la longueur permet une plongée abyssale au cœur de ce méridien de la solitude, accompagné par cette musique qui vous montrera votre propre destination, retour au point de départ dans l’abstraction sonore, fin de la contraction de l’univers. Bienvenue donc dans le meradiam, au milieu de nulle part où le seul plaisir que l’on peut s’accorder est d’embellir notre perdition (cf Miss Dalloway, auquel The Hours renvoie...). "Meradiam" le fera avec la même force que White Darkness (pour que je cite ce disque il faut sacrément me secouer) l’avait fait avec "Nothing". Au final s’il est difficile de dégager un sens de toute cette absurdité qu’est l’existence, Bat semble avoir voulu en composer l’histoire et l’architecture musicale. Et la certitude que j’aie à la fin de cette épopée est qu’il a réussi.

PS : existe en version cassette réalisée par L’Orchidoclaste et auto distribuée




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.