> Critiques > Labelisés



Se donner comme nom de groupe le titre d’un film du grand par le talent, gros par la taille, Hitchcock.

Venir avec des compositions originales après deux projets aussi proches l’un de l’autre que la Moussaka et une assiette de tomate au vinaigre balsamique, à savoir un album de reprises de My Bloody Valentine (My Bloody Covers) et un des Bee Gees (Nuit Fièvre).

Appeler son premier album de compositions originales, « Cover Me ».

Si nous ne savions pas encore que Pas de Printemps pour Marnie avait du talent, nous savions au moins que le groupe avait de l’humour, mais un humour subtil qui irait plus chercher chez Peter Sellers que chez Eddy Murphy.

Subtilement tricotées, les compositions de ce « Cover Me » forment un patchwork étonnant et détonnant, mêlant avec maestria le meilleur du shoegaze avec l’electro folk de Stereolab ou plus encore de Broadcast. Un phénomène étonnant se produira à l’écoute de ce disque. Si il m’arrive souvent de revenir aussitôt sur un morceau écouté et aimé, là rien ne sera possible, la perle a peine terminée semble se mêler avec une perle suivante, et ainsi de suite pendant les douze morceaux qui composent ce disque.

Jean-Pierre Isnardi compose ici une pop raffinée et érudite, s’offrant à Anaïs Andret-Cartini, Clémentine Darros-Schook et Jens Bosteen, qui semblent être naturellement prédisposés à ces chansons en liberté. Si ces fans de musique avaient jusque là rendu des hommages, ici c’est à nous de jouer de la génuflexion face à une telle réussite et surtout de jouer les porte voix, jetant des pelotes de laine de haut de nos tourelles imaginaires pour que ces fils de laine ainsi disposés, deviennent des fils d’Ariane.

On pourrait vous en parler longtemps de ce disque, vous rappeler que « Weel for 82 » irradie le Volume 35 de nos compilations, que certains morceaux comme « All Together », « Home » ou encore « Demeter » entrent dans une forme de panthéon de la pop que nous aimons, celle qui sait nous tenir chaud, parfois nous gratter gentiment, mais surtout nous accompagne pour longtemps, comme ces pulls tricotés avec amour par un parent disparu.

Les 4 saisons pour Marnie.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.