> Critiques > Labelisés



Ce deuxième album des frères jumeaux Yudin, Zach et Ben pouvait sans peine prétendre au titre d’album indispensable pour l’été, et la chanson « Moony Eyed Walrus » constituer une base remarquable à une danse de l’été que la cohorte des touristes en tongues pouvaient danser sans la crainte de s’exploser le cortex.

Mais c’est ainsi Cayucas ne sera pas le disque d’un été, mais doivent ils s’en plaindre, car il nous sera agréable de boire une boisson sucrée et colorée face à la mer, un œil sur sa fille et l’autre sur la chute de rein de la maman de son copain, le tout en écoutant ce disque. Celui ci en dépits d’effort plus que louable ne vous transposera pas au milieu des caraïbes si vous êtes sur les plages de Boulogne sur Mer, mais au moins il vous fera voyager une seconde fois si le port du même nom n’est pas votre lieu de villégiature.

Sucré, exotique, loin des contingences arithmétiques des quotas laitiers européens ou même des soucis dans la distribution de la limonade artisanale dans les grandes surfaces, Cayucas est là pour nous divertir intelligemment, sans faire tourner les serviettes ou en s’imaginant une relation extra conjugale (même si la chute de rein de la maman du copain de ma fille….). Non les frangins font dans le raffinement comme on pouvait l’aimer dans les soirées blanches de chez Barclay (je déconne pour le raffinement chez Barclay), une découverte toute de bleu vêtue.

Au soleil couchant sur une terrasse surplombant une piscine elle même surplombant la mer, le groupe joue sur cette terrasse, tamisant la lumière quand le piano joue les bourreaux des cœur sur ce « Dancing at the Blue Lagoon », faisant sauter les étoiles quand les caraïbes nous remontent la colonne vertébrale, même celle de…….

Pas de bol pour moi, cette année ce sont des vacances à la montagne.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.