> Critiques > Labelisés



Baston ? Un patronyme qui s’accommode difficilement avec la musique de cette formation rennaise. Car tout du long des sept titres façonnant ce nouvel EP, l’auditeur est convié à une party surf psyché ensoleillée, à une bonne tranche de camaraderie jamais avare en savoureuses blagues (comme la reprise hallucinée du Beach Boys « Honda »). En effet, l’influence 60’s ne possède ici rien en commun avec le très sentencieux revival qui accable grand nombre d’actuelles formations françaises. Plutôt que l’allégeance, Baston préfère le geste iconoclaste, le plaisir du jeu, le délire entre potes virtuoses. Du coup, le groupe peut tout se permettre ; et on en redemande : longues dérives façon Stone « Waterfall » Roses (à la cool, sans nombrilisme), pop limpides, fuzz et distos pas si éloignés de la relecture JMC de… « Surfin’ U.S.A », soudaines bifurcations vers un regain de tension (prouvant que Baston est parti pour durer)… Joli coup pour le label Howlin Banana, décidemment un gage de qualité jamais démenti.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.