> Critiques > Labelisés



Si l’on regarde bien, les quatre Ep’s des fracassés 1=0 furent tous chroniqués sur ADA. Il ne s’agit évidemment pas de vantardise mais de rappeler l’évidente complémentarité qu’entretient ce groupe avec la ligne éditoriale défendue ici : de la sincérité, un brin de recherche, du hardcore qui ne triche jamais avec les mots, du vécu et des tripes à l’air libre… 1=0 : grands activistes de l’ombre. De l’ombre ? Car oui : à force d’écouter leurs morceaux, d’écrire dessus ou de lire le commentaire des collègues, on pensait la formation appartenir au domaine public. Il en va parfois ainsi des groupes amis : parce qu’on les tutoie, on s’imagine que le secret est dorénavant partagé par tous. Et pourtant…

Parfois occultés par des boys bands rock aux désarrois un peu trop affichés pour paraître honnêtes, les punks de 1=0, avec le coffret Non-Deux, devraient tenir là une belle revanche sur les imposteurs et les minauderies adolescentes. Plusieurs raisons à cela.

D’abord, ce coffret digipack regroupe l’intégralité des quatre Ep’s enregistrés entre 2011 et 2013. Autrement-dit : l’occasion, pour le nouvellement converti, de s’envoyer tout 1=0 d’une traite ! Ensuite, banalement, l’objet est magnifique, limite pièce de collection – et c’est important, la beauté du design. Enfin, pour les fans qui possèdent déjà la totale, outre le bonheur (voire la fierté) de tenir en mains une merveille visuelle, cinq inédits / instrumentaux / relectures justifient l’acquisition de l’affaire. En attendant Cheul, quatre nouveaux rires jaunes, quatre manières différentes de faire un doigt aux faux derches et aux sentencieux poètes de la musique française…

Urbain, cowboy, dans une jungle bétonnée, l’asphalte en lambeaux : ainsi s’accroche 1=0. Et nous avec eux…