> Critiques > Labelisés



Depuis 2009 Nicolas Guerroué fabrique des disques chez lui en Bretagne. Il est à la tête d’une petite discographie autoproduite totalement inconnue de nos services qui sont pourtant des fins limiers, Follow Me Not nous arrive via une première sortie sur un label, le très bien nommé Unknown Pleasures Records qui ne pouvait pas ne pas sortir cette ode au Post Punk qu’est ce formidable « Nothing Comes With a Smile ».

Ce disque qui m’aura interloqué va progressivement me fasciner, comme si je me replongeais dans mon enfance musicale dans la peau du quadra que je suis, donnant à mon échine le droit de connaître à nouveau le vent froid que nous envoyait Cure par exemple. C’est une plongée loin de la spectralité des histrions dominants les présentoirs des revivals. C’est une avancée sur un frêle esquif celui avec lequel nous devrions jouer, mais sur lequel Nicolas tente une traversée sans connaître par avance le port d’attache, avançant contre vent et marrées, faisant de son chant une ancre s’accrochant à une faune sous-marine tout aussi magnifique qu’hostile.

Disque poignant et mélancolique, ouvertement nostalgique, Nothing Comes With a Smile est sublimé par sa fragilité, sa tentative de s’extirper de ses références sans rien casser de la magie de ces mêmes apports. Construites comme des tempêtes qui pointeraient leur nez au dessus de nous, les chansons ne sont pas toujours des tournillons destructeurs, mais cette basse souvent oppressante et dansante (une danse jamais macabre mais toujours sombre) ne laisse peu de doute sur l’absence du soleil.

En dix morceaux Nicolas nous aura donné envie de revenir à la genèse de ce coup de maitre, à ses travaux dans l’ombre, car même si Follow Me Not ne cherche pas la lumière, celle ci devrait se pointer sur lui. Enorme coup de cœur.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.