> Critiques > Labelisés



Nous arrivant tout droit de Los Angeles par l’entremise de l’excellentissime label Aagoo Records, "AM in the PM" est la chose la plus réjouissante écoutée en cette rentrée. En 8 titres et à peine 20 minutes de musique, le groupe de Edgar A. Ruiz nous offre un vent de fraicheur. Ces chansons courtes, entre psychélisme garage et pop débraillée, mais propre sur elles, sont comme des explosions en oreille. Imparables, elles nous entrainent avec elles bien au-dessus d’une vision terre à terre de la musique. Elles puisent dans un imaginaire qui donne à la mélancolie un bon de sortie, ne retenant qu’une atmosphère presque joyeuse, et surtout participative, via des mélodies ajustées pour un plaisir immédiat au contentement assuré. Pourtant le disque commence par un instrumental étrange, comme la captation d’une onde radio venant d’un ailleurs lointain. Avec cette introduction nous pouvions nous attendre à un disque de musique difficile pour gens pas faciles, en résumé un disque chiant pour des personnes infréquentables. Mais "A.M In the P.M.", la chanson titre, va vite faire valser tout cela, donnant le point de départ d’un disque pendant lequel nous allons taper dans nos mains, mais la tête dans les étoiles ( Elephant Swing, ou le tube parfait pour prolonger l’été) dans la position préférentielle de l’hédoniste. Des étoiles nous aurons d’ailleurs du mal à en redescendre, une sorte de fumée, fruit d’une épice hilarante portant nos corps (The Boy, The Wolf, & The Hill). Disque à la frontière du DIY vintage, est comme une des particules d’un pissenlit sur laquelle nous soufflons, et qui vivra sa vie dans les airs, au gré des courants chauds ou froids, nous narguant d’autant de liberté, le tout en dessinant des arabesques mélodiques qui trotteront longtemps dans nos têtes. Un disque de printemps en cet automne naissant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.