> Critiques > Labelisés



Me voilà bien désarmé face à autant de charme. Me voilà totalement désarçonné face à une production incroyablement juste, ou comment toucher la perfection sans donner l’air d’y toucher. Me voilà envouté et pas que par un « Mantra » lascif et obsédant sans être fatalement entêtant. Me voilà retourné par cette voix légèrement éraillée, totalement maitrisée, divinement utilisée. Me voilà terrorisé à l’idée d’en parler sans passer à côté, parvenir à éveiller l’envie d’écouter chez ceux qui ne savent pas encore que ce EP est une bouffée d’air pur, une oasis pop nous projetant vers des rêveries.

Groupe Helvetico- américain, vivant entre Berlin Lugano et Bologne, Rocky Wood signe avec « OK, No Wait » une forme de caresse, un massage de cerveau qui rejailli sur tout le corps. Le groupe empreint des sonorités pouvant aller de Cure dés l’introductif « Enough » à des choses plus exotiques sur le lumineux « Bail Out », morceau pendant lequel l’expression qui consiste à dire que quelqu’un semble vous chanter dans le creux de l’oreille prend tout son sens. Tout est aérien sans pour autant tomber dans le diaphane et le vaporeux. Non la production sait ne pas tomber dans l’écueil, faisant même d’une chanson comme « White » une petite merveille, comme un miel dans nos oreilles déjà bien pourvue depuis le début du EP. « Lisbon » qui clôt ce EP, est une sublime ballade de fin de journée au refrain souligné de façon subtile par des cuivres.

Me voilà embué par autant d’émotions, tétanisé à l’idée de mal en parler, inquiet à l’idée que vous passiez à côté. « Ok, No Wait » n’est pas un EP de plus, c’est une mer se transformant en océan, c’est un petit poucet qui vaincrait des géants, c’est une démonstration d’une désarmante beauté que la pop subtilement luxuriante et touchante a encore de beaux jours devant elle. Elle a en tout cas Rocky Wood pour porter haut son étendard. Gigantesque coup de cœur.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.