> Critiques > Labellisés



Que devenait François-Olivier Nolorgues depuis l’album Dress Code ? Paru en 2007, le premier Frantic était finalement l’un des précurseurs français en matière de revival 80’s. Naïf mais sincère, le compositeur y alignait une suite de tubes OMD / Visage / DM avec le souhait explicite de parader en tête des charts. Et qui, à cette époque, aurait pu contester une telle soif de grandiloquence ? Les chansons étaient présentes, l’ambition se légitimait. Sauf que Frantic, trop en avance dans son goût du passéisme, édita Dress Code deux ou trois années avant la mainmise des jeunes ados frenchy sur le territoire new wave.

Dix ans plus tard, Frantic remet le couvert. Et ne change pas trop : François-Olivier, avec naturel, convoque les souvenirs Gary Numan / Human League / Vince Clarke / Pet Shop… Et l’auditeur s’en réjouit. Sans doute car si la production est remarquable, si chaque sonorité claque en pleine face, les chansons détiennent ici le beau rôle. Avant l’allégeance 80’s, avant même de convoquer ses passions adolescentes, François-Olivier Nolorgues imagine des compositions robustes, des hymnes qui s’incrustent automatiquement dans l’esprit.

C’est toute la différence entre un Frantic et l’actuelle cohorte des suiveurs mercantiles : avant de réfléchir le pouvoir sonore, François-Olivier pense chansons.

Comme pour justifier sa démarche, IT (rien à voir avec Pulp), le temps d’un And Leave It All Behind (non, pas Ride non plus), devient folk song. Très beau, certes, mais nous savions déjà que chez Frantic, l’imagerie ne se légitimait qu’en fonction du travail d’écriture.

Autre aspect qui ensorcelle sur cet album : le chant de François-Olivier est de plus en plus Peter Murphy ou… Richard Butler (hasard ou non : une reprise de Love My Way, des Psychedelic Furs donc, vient logiquement clôturer l’album). Cela donne beaucoup d’intimité, quelques confessions aussi, à un disque qui puise dans le passé afin de mieux évoquer les dilemmes, les démons, les envies, d’un compositeur totalement ancré dans le présent. Un compositeur que l’on espère revoir avant 2028 !

https://frantic-worldtour.com/




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.