> Critiques > Labelisés



Andres Gomez était un tennisman plutôt chiant, il remporta même roland garros sans jamais s’approcher du filet à moins d’un mettre de peur de se prendre dans les mailles. Du génie il devait en avoir le paraguayen pour se maintenir comme cela en haut du classement atp. Pas évident il était appliqué, patient et attendait la faute de son adversaire. Pourvu d’une lenteur hors du commun pour ce niveau il finissait par endormir sa proie pour mieux l’épuiser. Andres ne restera pas dans les annales du tennis, sa petite gloire à lui, permettra à des gens comme moi, de faire le parallèle avec ce groupe anglais, qui certes doit avoir du génie, celui d’endormir son auditeur afin qu’il aille sans trop de peine à la fin du disque. Histoire de ne pas rater la manoeuvre on vous assène dés l’entrée une dose de morphine dans une citrouille. Comme ces spectateurs quittant le stade parlant de ce tennisman, comme d’un sportif……….efficace.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.