> Critiques


  • 29 décembre 2019 /
    FLK
    “Mon bilan 2019”

    rédigé par FLK
    2 votes
      (10/10 - 2 votes) notez cet album


Quelle que soit la face par laquelle on tente d’attaquer la montagne / marronnier du bilan de fin d’année, on est toujours à la fois pris au dépourvu, et pris dans les phares du "et si j’étais passé à côté du truc de l’année ?". Bref, ça n’est jamais satisfaisant, mais c’est comme ça. Alors voilà, j’ai tenté une fois de plus de donner envie aux curieux de jeter une oreille (ou plutôt 2) sur mes coups de cœur de l’année. Sans ordre de préférence, voici ma sélection.

TvB – It ends like crazy

Troy poursuit son chemin avec cet album un peu surprenant dans l’instrumentation (la guitare y est moins présente que par le passé) mais toujours fourmillant de mille détails sonores et de mélodies imparables.

Shannon Wright – Providence

Une surprise ? Une déconvenue car pas une once de guitare ? Que nenni. Une nouvelle claque magistrale où elle nous cueille à froid avec des chansons poignantes et une interprétation d’une grande maitrise. Shannon est grande.

Ventura – Ad Matres

Trop d’années se sont écoulées avant d’entendre du neuf chez Ventura. Emo ? Post-noise ? Post-hardcore ? On s’en fout, en fait, cet album comblera le fan historique autant que le néophyte tant il recèle de titres splendides superbement enregistrés.

Sleaford Mods – Eton alive

Sleaford Mods agrémente son hiphop punk prolo sans concession d’une dose de mélodies et s’aventure sur des terres électro qui ouvre le champ musicalement : une belle évolution et un très bel album.

Sharon Van Etten – Remind me tomorrow


Exit la guitare, bienvenues les grosses nappes de claviers, attention Sharon Van Etten n’est plus la gentille chanteuse s’accompagnant à la guitare. Ici la production est massive (John Congleton est passé par là), les arrangements parfois catchy mais le propos est toujours pertinent. Et toujours cette voix fantastique qui fait mouche.

Big Thief – U.F.O.F. / Two hands

Après la découverte de l’album solo Abysskiss en fin d’année dernière, je me suis plongé dans les albums de son groupe Big Thief découverts par la suite (indispensables Masterpiece et Capacity), puis les 2 (!) disques sortis cette année, qui recèlent de vrais perles.
La chance aussi de les avoir vu 2 fois, et 2 concerts radicalement différents, très beaux.

Kim Gordon – No home record


Un retour incroyable, tant ce disque, expérimental en diable, est sans doute l’un des meilleurs de ceux des ex-qui-vous-savez depuis la séparation. Hautement recommandé.

Black Midi – Schlagenheim

Grosse claque sur scène, grosse claque sur album. Comme s’ils avaient synthétisé des influences multiples pour créer un style unique, à la fois brutal et plein de nuances, mélodique et rageur, avec une maitrise incroyable, un chant surprenant et un batteur dingue (oui, oui, tout ça).

Girl Band – The talkies

On les croyait disparus, le chanteur perdu pour la science dans un asile… les voici enfin de retour avec un album excellent, plus cohérent que le précédent, et plus proche aussi de ce qu’ils donnent en concert. Hâte de les revoir.

Swervedriver – Future ruins

Après l’excellent album du retour (I wasn’t born to lose you, en 2015), il fallait confirmer : Future ruins, en explorant d’autres voies que les fameux riffs entrelacés de guitares permet au groupe de se renouveler sans se renier.

Bruit Noir – II/III


Rien que pour Le succès, cet album se doit d’être écouté. Paris, aussi, pour se faire un avis sur la polémique. Et tous les autres. Bruit Noir, c’est brut, c’est provocateur, mais avec une bonne dose d’ironie et d’auto-dérision.

The Young Gods – Data mirage tangram 



Grand retour des fantastiques suisses qui démontrent une fois de plus leur talent et leur savoir-faire à creuser leur musique au plus profond.

L’envoûtante – S/T

Originaire du sud-ouest (comme Programme, Diabologum, Non Stop…), ce duo est la bonne surprise de l’année, avec un 1er album très recommandé alliant l’énergie rock et un rap humaniste sans fard ni paillette.

Orbel – Hegan

Venu du pays Basque, et chantant en basque, le quatuor mixte distille une musique aux ambiances atmosphériques renforcée par des guitares lourdes, et un chant féminin aérien. Très beau 1er album.

Arm – Codé

Arm poursuit son chemin hors des sentiers battus du rap français, où la poésie et les ambiances cinématographiques se donnent la réplique. Épique.

Jambinai – Onda

Si vous ne connaissez pas encore ce groupe coréen, il est encore temps de le découvrir : leur concert aux Eurockéennes (avec Mellano, Kazu Makino…) a marqué les esprits tout autant que cet album où leur mélange post-rock / ambiant / métal incluant des instruments traditionnels (leur marque de fabrique) et un chant masculin / féminin fait mouche !

Aussi sur la platine et hautement recommandé :

Camilla Sparksss – Brutal / Matthieu Malon – Le pas de côté / Bob Mould – Sunshine rock / Enablers – Zones / Alessandro Cortini – Volume Massimo / David Chalmin – La terre invisible – Miët – Stumbling, climbing, nesting / Jérôme Minière – Une clairière

Pour finir (sans conclure), 2 albums dont je découvre l’existence trop tardivement pour les inclure, car pas encore assez écoutés : le nouveau Sebadoh Act Surprised, le dernier Cross Record dont j’ai adoré les précédents.

Mon bilan annuel (in)dispensable ne serait pas complet si je ne parlais pas des beaux concerts auxquels j’ai assisté cette année (par ordre chronologique) :

Black Midi, Bodega @ Consortium, Generiq Festival, Dijon

Low @ Epicerie Moderne, Lyon

Big Thief, It It Anita, James Blake, Low @ Tinals, Nîmes

Foxeagle @ Usine Aillot, Montceau

Metz @ Ninkazi Kao, Lyon

Big Thief, Sharon Van Etten @ La nouvelle vague, St Malo

Sleaford Mods @ Epicerie Moderne, Lyon

Buriers, The Psychotic Monks, Emilie Zoé, Shannon Wright @ Rockomotives, Vendôme

TvB @ Le Groom, Lyon




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.