> Critiques > Labellisés



C’est de Nantes que nous arrive, non pas un nouveau faux espoir sortant de La Joneliére, mais le centre de découpage le plus jubilatoire du moment, Carver. Trio dans lequel nous pouvons retrouver en compagnie de Nicolas Monge à la basse, Thomas Beaudelin (Tom Bodlin, Cafe Flesh) à la guitare, et David Escouvois (Francky Goes to Pointe à Pitre, Mr Protector) à la batterie, Carver nous offre avec « White Trash » un sermon iconoclaste, se transformant en groupe prédicateur qui aurait heureusement pour nous une souplesse pas très catholique, s’amusant, mettant les doigts là où la main de l’homme est parfois interdite. Ce sont quatre morceaux de bravoure, des plongés entre apocalypse rieur et escapades à la dangerosité effacée par une inconscience prosélyte. Fusionnant math rock, hardcore et noisy (le parent le plus sage), Carver arrive même à nous déhancher (the Girl Next Door) désynchronisant notre corps sous les coups de boutoir d’une batterie qui semble depuis longtemps divorcé avec la dictature de la métronomie, ce qui vous m’avouerez, n’est pas très catholique, mais est jubilatoire, surtout quand elle semble tirer dans les jambes d’un condamné à mort fictif. À l’instar d’une pochette qui rappel les grandes heures des albums indés des années 90 tout droit sortis des officines Sub-Pop ou Matador, Carver rivalise d’ingéniosité pour nous élever, au plus prés du ciel. Amen




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.