> Critiques > Autoproduits



Hum Hum, j’ai des doutes, j’ai des affres, disait Gainsbourg dans son très sous estimé « Love on the Beat » , même si l’homme a la tête de choux rajouté un hum à sa complainte. J’ai eu la même phrase à l’écoute de « Traversant », collaboration entre Sophie Verbeeck et BT93 que vous connaissait via une exhumation salutaire d’un album du milieu des années 90. C’est avec ces synthés 80’s et sa prédilection pour des structures « sparksienne » (King Kong Show) et des pop songs à l’attirance directe (« Ballade des gens Heureux » loin de Lenormand) que le duo habillent des chansons qui content des histoires qui sentent tout à la fois l’humus que le tabac froid de la rue de Verneuil, suivant les pas marqués sur une terre piétinée. Parfois sensuelle, tantôt sans suite (Tendre est la Nuit) « Traversant » est à l’image de ce que pouvait nous offrir les Valentins (une forme de maniérisme en plus comme sur « Une sur un Million » ) touchant à l’exploration. La tentative réussie à une aventure comme le groupe d’Edith Fambuena a pu le faire sur un titre comme « La Nuit de Plein Soleil », est comme une heureuse anomalie dans un disque qui ne s’éloigne pas de son enclos bien tendu. Mais on restera quand même sous le charme (La Bête Armée) d’un duo qui perd parfois sa relative domestication pour retrouver un caractère plus sauvage, surtout quand le sujet est celui d’un titre comme « Poor Little Thing ». Un sillon à creuser.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.