> Critiques > Autoproduits


  • 25 février 2011 /
    Wonderflu
    “Lota Schwager” (Site)

    rédigé par gdo
    2 votes
      (10/10 - 2 votes) notez cet album


C’est beau l’amitié, surtout quand elle aboutit à une création aussi fraiche que ce « Lota Schwager ». Je m’avance peut être mais Wonderflu ressemble à ces groupes de potes, plutôt qu’à une réunion de petites annonces. Il y dans ce quatuor parisien cette sève que l’on voit passer, comme dans ces groupes des campus américains qui poussaient comme des boutons sur les tronches acnéiques d’un public avant tout en âge de faire sortir une autre sève…mais je m’égare.

Revenons à ce disque. Pour la petite histoire « Lota Schwager » est le nom d’un club de football chilien, mais ne cherchez aucune trace d’histoire de balle au pieds ou d’argent dans le jardin, Wonderflu semble plus préoccuper de la vie, que par le dernier opium du peuple. Sans doute trop jeunes pour vivre la grande période des années 90 et de l’émergence de Pavement, Sebadoh, Nirvana ou Weezer, les membres de Wonderflu ont par contre un master en histoire de cette période. Si on sent que la discographie de Sonic Youth n’est pour le moment qu’effleurée, de peur probablement de s’y couper, celle de Pavement a été ingurgitée avec délectation. Un soin aura été apporté à noter l’effet des saveurs, la préparation de la mise en bouche. Les épices apportés par Kurt Cobain sont là, mais ce qui prédomine reste cette nonchalance chère à Pavement, cette façon de ne pas avouer ses mélodies, en les jouant avec la désinvolture la plus poignante. Comme on peut le faire entre amis. Coup de cœur.