> Critiques > Labelisés



Si il y a bien un élément qui ne craint pas les murs pour sa progression, c’est bien le son. C’est aux antipodes que nous arrive Nick, chanteur et pianiste de A.S., arrivé à Paris pour apprendre la direction d’orchestre. Cet australien de culture classique, a plongé son imaginaire dans celui de la culture pop, au premier desquels Radiohead semble être une influence majeure. Du classique Nick a gardé les constructions complexes, les avancées lentes, l’installation d’un climat d’une histoire. De la pop il prendra l’électricité des guitares, le lyrisme quitte à se bruler les ailes sur un titre comme « Choose », il prendra surtout la fragilité à très vite installé, sous peine d’être trop dans le carré et l’insoluble dans l’émotion. On passera sur les légèretés prisent avec les vocalises (Other Days) pour considérer ce premier disque comme un effort trop long, aussi long qu’un voyage entre la France et L’Australie, mais un voyage qui a ses paliers réussis, se prenant parfois le mur du son.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.