> Critiques > Labelisés



Ne pas regarder derrière aurait pu être fatale à cet album de don’t look back. Brighter avait laissé, après deux écoutes une impression de lourdeur, de ressassement des mêmes thèmes, de boucles interminables et vides de sens, sauf de se manger la queue. Et puis ne pas changer d’avis étant l’apanage des morts brighter a eu le droit au rattrapage, et bien m’en a pris. Sans véritablement soulever des transes pendant les instrumentaux post rockien, don’t look back fait tendre l’attention quand les histoires prennent le pas de façon froide sur les éléments en retenue volcanique. Farewell to the bright side (une maman et la putain chez desplechins) dark mobsoh (david lynch au commande d’une voiture sur une route sans retour) ou encore le déchirant et rude kids got shadows in their eyes sont autant de raisons de mettre don’t look back dans la lumière. Une idée derrière la tête.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.