> Actualité



Que de belles découvertes musicales cette année encore. Je me replonge avec délice dans les bons moments passés en concerts, les battements de cœur à l’unisson quand les musiciens/nes partagent leur univers en toute bienveillance et vous emportent avec eux là où la magie commence. Le plaisir d’ouvrir un cd ou un vinyle, de plonger dans l’histoire d’un nouvel album, de regarder le graphisme, les textes et enfin s’immerger dans le son. Toutes ces heures passées par les artistes à composer, enregistrer, peaufiner, transmettre ne sont pas vaines et même si certains/es n’ont pas toujours la visibilité que l’on espère pour eux, ils ont une place privilégiée pour nous. Je me lance donc, sans ordre de préférence, et bien sur avec de nombreux oublis, mais ce n’est qu’un exercice, cela ne se veut pas parfait...

Mes petits bonheurs musicaux 2017 :

Heliogabale - Ecce Homo

Je connais ce groupe depuis des années, mais je dois bien avouer que j’ai été bluffée par ce nouvel album. La voix féminine essentiellement en français est comme habitée, hantée et me donne des frissons à chaque écoute. J’attends avec impatience de les voir en concert en 2018.

Shannon Wright - Division

Shannon est une valeur sûre, que l’on connait pour sa musique rugueuse et frontale. Cet album montre une part plus fragile d’elle-même, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Noland

Une utopie de l’inénarrable Olivier Mellano qui réussit à nous faire rêver au son d’un bagad et de la belle voix de Brendan Perry (dead can dance). C’est une œuvre magnifique qui captive dès les 1ères notes et nous rappelle la force qui se cache en chacun de nous.

Mathieu Malon - Désamour

Mathieu a le don de nous faire vivre par sa voix et sa musique des histoires de vie, d’amour, de ruptures, de les transfigurer. Il nous fait comprendre que perdre pied, se tromper, échouer, tout cela n’est pas si grave, il y a tant d’autres histoires à vivre, encore.

Summer - Front Wave

La musique débridée de Summer nous réveille de notre vie quotidienne, nous fait ouvrir grand les yeux. La voix, calmement, nous confronte à la noirceur et nous force à nous questionner.

Valparaiso - Broken Homeland

Cet album est un patchwork de beauté, cousu à plusieurs voix dont celles de Rosemary Standley, Shannon Wright, Julia Lanoé, Dominique A pour n’en citer que quelques uns.

Protomartyr - Relatives in descent

Je les avais découvert il y a 2 ans au festival This Is Not A Love Song et cet album confirme tout le bien que je pensais d’eux, avec des chansons aux mélodies addictives.

Ropoporose - Kernel, Foreign Moons

Le petit grain de folie bienvenue qui donne le sourire et la pêche. En bonne obsessionnelle compulsive, je peux écouter le titre "Guizmo" en boucle et réinventer les paroles encore et toujours.

Rodolphe Burger - Good

Mais oui, le choix du titre est judicieux puisque effectivement cet album est bon et pas qu’un peu. Les sons électros se mêlent avec bonheur à l’univers de Rodolphe Burger et sa voix trouve toujours le ton et le rythme/flow juste. Mais comment fait-il ?

Dälek - Endangered Philosophies

Yo, ça arrache, ça déchire, c’est bon, on en veut encore des albums comme cela qui mêlent le rap et la noise avec bonheur. Et sur scène c’est évidemment une belle claque, avec des sons lourds juste comme il faut pour résonner encore et encore et nous préparer à recevoir les mots en plein cœur.

Unsane - Sterilize

Et pour terminer ce TOP10, le 11ème album qui m’a fait un bien fou cette année est celui de Unsane. Leur musique est viscérale et permet d’évacuer toutes les fureurs contenues trop longtemps et qui nous empoisonnent à trop rester enfermées. La violence a du bon quand elle ne sert pas à détruire mais à lutter contre ce qui nous pourrit la vie.





 en concert


 chroniques


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.