> Critiques > Labellisés


  • 11 janvier 2008 /
    Haze, Jay
    “Love For A Strange World” (Kitty-Yo)

    3 votes
      (8/10 - 3 votes) notez cet album


Ce matin j’avais dentiste. Obturation de trois des racines de ma molaire gauche pour être précis. Je me doute que pénétrer de manière aussi brutale mon intimité bucco-dentaire ne vous dit rien qui vaille. Mais suivez le fil de ma pensée. De retour chez moi-au passage je suis bon pour une couronne que ma mutuelle ne prendra que peu en charge-j’ai placé une nouvelle fois " Love For A Strange World " sur ma platine. Et à l’écoute, les sensations s’apparentaient à celles ressenties quelques minutes plutôt sur le siège inclinable de M. Carillon au moment précis où il sondait mes racines à l’aide d’une foreuse à embout fin. Pas viscéralement déplaisant-le soin réclame ce type de traitement-mais mieux vaut s’y être préparé. Ce premier effort sur la longueur du Pennsylvanien néo-Berlinois s’adresse en effet à un public averti. Averti du caractère parfois oppressant d’une electronica clinique aux bleeps arides (" Troubles I’Ve Seen ", " Funky Blues "). Averti que la vision du monde offerte par cet observateur fin reste marquée du sceau d’un parcours euh, pour le moins, chaotique. Rappelons au besoin que les mots exclusion (il connaît la rue très tôt) et exil (son départ pour une Hollande qui lui indique très vite le chemin de la sortie de territoire) caractérisent bien l’expérience de vie d’un Jay Haze pourtant résilient. Sans céder aux clichés on affirmera toutefois que sa musique en porte traces (" Questionning "). Les titres de l’album aussi, souvent construits autour des mots " trouble ", " pain " ou " life ". Celui que l’on nomme aussi The Dub Surgeon se livre toute à la fois à un exercice d’electronica minimaliste à fort pouvoir asphyxiant (" Can’t Feel Anything ", par exemple à éviter si vous souffrez d’asthme) auquel il prête sa voix de grand malade des bronches, et à une exploration en règle d’une veine funk digital pour habitués de l’internement sur demande d’un tiers (" Get Your Lovin On " ou " Appreciate " magnifié par la voix de son acolyte De :xter). Un disque intriguant et exigeant en somme. A l’image de ce monde étrange.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.