> Critiques > Labelisés



Ce jeune home au bonnet laineux, a longtemps été pour moi un maître ès pop, dominant largement ses compatriotes, avec comme arme une poignée de eps et un premier album absolument magique. Pour tout dire j’ai même rencontré l’amour a un concert de Badly Drawn Boy. C’est dire l’attachement que j’ai par rapport à la musique de Damon Gough. Pourtant malgré toute l’estime que je lui dois, About a boy et surtout Have you fed the fish, me fâchèrent singulièrement avec le mancunien. Deux disques surproduits, ne laissant échapper que peu d’émotions, et surtout réaliser dans la précipitation. One plus one is one est plus réfléchi, plus sensé, plus dans la direction où il devait aller après the Hour of Bewilderheart. Du coup l’on respire un bon coup, on est soulagé. Le mot est fort, mais la peur de voir un tel talent s’effondrer nous aurait fait quelque peu, quelque part, mal. Alors tout n’est pas parfait, il reste des morceaux encore trop indécis, ne sachant pas s’ils doivent revenir vers Have you fed the fish, ou aller de l’avant et construire le nouveau Badly Drawn Boy (Summertime in wintertime). Dans One plus one is one, Damon a retrouvé sa guitare en bois, mais comme sur le deux derniers disques les arrangements sont parfois trop pompeux, rendant les chansons trop classiquement tristes (That is that new song). Pourtant ce disque est quand même plus épuré, mais pas assez fou, comme pouvait l’être son premier, toutefois des morceaux tels que One plus one is one ou Year of th rat nous emplissent de bonheur. Mais Damon Gough semble avoir mis de côté son costume de Burt Bacharach, mais il n’a pas encore remis son beau bonnet en laine, mais seulement un bonnet bon marché en acrylique. Il y a quand même du progrès. Enfin One plus one is one, me réconcilie avec Badly Drawn Boy, et me donne envie à nouveau de réécouter The Hour Of Bewilderheart, en me disant qu’un jour il fera mieux. En vous remerciant.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.