> Critiques > Labelisés



Attention ne pas confondre ces hommes discrets, canadiens, avec l’ineffable rappeur américain Beans. Il n’y a pas qu’un demi continent qui les sépare, il y a un cosmos. La dernière fois que l’on avait croisé The Beans ce fut lors de ce Inner Cosmosis, assez fabuleux. Bassplayer est leur tout nouvel album, et que dire sinon que c’est sûrement leur meilleur, le plus beau, le plus touchant. The Beans est le groupe qui se rapproche le plus dans l’esprit et dans la musique de do make say think, avec une envie d’aller un peu plus loin dans la démarche de l’épuration sonore et dans l’expérimentation. Tout au long des quatre morceaux qui constituent bassplayer, l’appel du grand large se fait de plus en plus pressent. Number four qui nous rappelle parfois le Boxhead Ensemble, croisé avec quelques passages du dernier album de do make say think, est le morceau le plus feutré, et le plus clair à la fois. Chaque titre nous pousse à sortir, vers cet environnement rural, plus que suggéré, et nous soulage l’esprit. Une musique triste, mélancolique, forcement lancinante, où chaque morceau prend tout son temps pour se mettre en place et tout ça dans un cadre champêtre. Encore un coup des canadiens qui, plus que leur voisin limitrophe du sud, savent embellir leur art, nous proposer en musique ce qu’ils ont sous les yeux, tous ces paysages…Bassplayer est un grand disque, et grâce à ce disque The Beans s’installe tranquillement, mais durablement dans cette constellation canadienne de groupes tristes indispensables. En vous remerciant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.