> Critiques > Labelisés



Dans la série, nous vous donnons de la musique, faites en des images, The Black Dog est l’archétype du genre, version électro. Ken Downie seul aux manettes du groupe depuis le départ de Ed Handley et Andy Turner pour un Plaid irremplaçable, a retrouvé des copains de jeux, les frangins Martin et Richard Dust. Avec eux, il construit un Black Dog qui se veut parfaitement consommable, même par des profanes de l’éléctro, utilisant des nappes légères pour faire passer des choses plus roboratives, voir carrément indigestes. En dessinant le cadre de notre imaginaire, le trio ne dicte pas de marche à suivre, il impose juste une délimitation qui se veut avant tout rythmique et chromatique. On pourra toujours regretter l’absence de prise de risque, de balancement vers une position plus radicale, voir vers une destruction de cette osmose très obligée. Un disque académique pour une démocratie de l’électronique. Attention à ne pas trop pencher vers le milieu.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.