> Interviews



— Que représente Sebadoh pour vous ?

Une période d’intense fraternité avec mon ancien groupe, Illford. Parmi les choses qui nous unissaient, outre la bière, il y avait l’amour d’un certain rock américain, avec, au premier plan Slint, Tortoise et Sebadoh.

— Pourquoi avoir participé à ce projet ?

Parce que les disques de Sebadoh sont comme de magnifiques ébauches, des démos plus belles que s’il en existait une version hi-fi. J’aimais l’idée de repartir de là pour proposer quelque chose de plus léché, qui donne un autre éclairage sur les compositions géniales de Lou Barlow.

— Si vous deviez retenir une chanson de Sebadoh ?

"On Fire", la première que j’ai connue du groupe, avec sa rythmique si merveilleusement boiteuse.

— Sebadoh en un mot

Nineties

— « Bakesale » ou « Bubble and Scrape » ?

Même s’il n’y a pas mieux que Bubble & Scrape pour se lever du bon pied le matin, je reste très attaché à Bakesale pour la perfection mélodique et l’intensité émotionnelle qui s’en dégage, écoute après écoute.

— Son meilleur héritier dans la scène actuelle ?

Je ne lui voit aucun héritier direct, même si quelque chose de l’esprit Sebadoh revit par éclairs chez Gonjasufi ou Arlt.

Fauve s’attaque à la reprise de « Skull »

— Contact

Myspace : http://www.fauve.info

Nouvel album de Fauve "Clocks’n’Clouds" disponible en digital, sortie française automne 2012.



 chroniques


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.