> Interviews



1 it seems that it that starts

Un début en douceur.Quand j’ai écrit ce morceau,je le voyais soit ouvrir le disque soit le conclure,car j’aime bien les fins en douceur également et parce que le texte parle du fait de revenir chez soi après une nuit blanche arrosée.Au final c’est ce morceau qui ouvre l’album d’où le titre qui à l’origine était "it seems like it starts like the end of an old record"que j’aimais bien mais on m’a reproché que c’était trop long...Du coup amputation.C’est souvent comme ça dans un groupe ,on fait des concessions un peu stupides,au nom de quoi ?Mystère...

2 two monkeys

Je trouve que c’est un bon "second" titre,qu’il sonne bien à cet endroit précis.Il donne un peu de rythme,des indications sur la couleur de l’album sans forcement tout dévoiler.Two monkeys c’est une image lorsqu’on est tiraillé par une idée,une situation ou une décision qui te ronge,te taraude les nerfs ou qui tout simplement te déprime.

3. An old Blues Song

C’est un blues qui ne parle ni de champs de cotons ni de la guerre au Vietnam. Pour m’amuser ou peut-être par manque d’inspiration mais je trouvais ça drôle d’écrire une chanson sur le fait d’écrire une chanson. (pierre)

4 if you got a dirty blues

Encore un titre amputé...Le morceau parle des mauvaises idées qu’on peut avoir après une dispute avec quelqu’un qu’on aime bien.Afin de relativiser,un petit air pop fait l’affaire.

crédit Loïg Nguyen

5 marilyn

Une chanson "narrative",ça ne m’arrive quasiment jamais.C’est l ’histoire d’un jeune homme un peu gauche qui tombe amoureux d’une fille bien sage qui change de look histoire de se donner une personnalité du jour au lendemain.Le genre de lubie qu’on a adolescent.C’est un peu sarcastique,cruel et je trouve que ça fonctionne bien sur un air pop sixties où généralement les paroles restent naïves.

6 say hello

Petite pop song qui s’étire légèrement avec une fin un peu psychédélique (adjectif fourre tout,il faut bien l’avouer). Les paroles sont volontairement "simplettes" avec des sous entendus qui manifestent un penchant effréné pour un des sept péchés capitaux.

7 mandoline song

En jouant sur une mandoline,j’ai trouvé ce "riff". Je trouvais que l’instrument sonnait un peu comme un sitar,d’où le coté musique indienne à la George Harrison. Les paroles sont cryptiques (attention,aucun rapport avec les cryptes des muqueuses) et avec le recul,elles symbolisent bien le groupe :"toutes ces années dans ces vielles chaussures..."

8 i remember everything

En ce qui me concerne,dans la vie je suis plutôt du genre "i remember nothing"...Petit caprice personnel,un interlude avec des synthés "cheap". Je ferais bien un disque avec des claviers comme Cluster,Harmonia ou Brian Eno,un truc progressif,ambiant,une B.O. d’un film qui n’existe pas. Ca fait du bien aussi de laisser tomber les guitares et le chant.

9 vain song

Je me souviens qu’à la base je voulais faire une chanson qui sonne comme "Fancy" des Kinks...visiblement j’ai pas mal dérivé...c’est plutôt une ballade éthérée qui ressemble un peu du Lennon sous anxiolytiques période Mind Games. Maintenant je trouve que les paroles font "new age" et prétentieuses,du genre "je consomme que du bio et je fais mon pain tout seul !"Petit abus de l’herbe du diable j’imagine.

10 no glamour for walker on

Le seul morceau où il pleut des cordes sur ma guitare (du majeur,du mineur,du septième) mais pas trop quand même ! C’est assez mélancolique et je ne sais pas pourquoi j’ai voulu rendre hommage a un des hétéronymes de Pessoa : Bernardo Soares,généralement décrit comme étant un modeste employé de bureau a la vie insignifiante.

11 death of a dandy

Après l’employé de bureau,le dandy... Tout comme Marilyn c’est un morceau narratif,l’histoire d’un jeune homme qui a juste une apparence de dandy,un ersatz en fait,mais qui est conscient de sa supercherie,il se moque de lui et moi aussi en tant que faux musicien.

12 anorak blues

Certes j’ai tergiversé un moment avec "it seems that it starts",puis quand j’ai écrit "death of a dandy" les chansons se sont agencées toutes seules."Death of a dandy" devait conclure le disque.Puis "anorak blues" a pointé le bout de son nez sans prévenir,sans trop savoir quoi en faire comme un petit enfant handicapé...je plaisante...Pour ce morceau j’avais une légère gastro(pas de quoi être cloué au lit ou vissé a la selle),j’avais un peu froid,j’ai enfilé un gros pull et le morceau est venu tout seul si je puis dire. J’ai hésité entre "gros pull blues" ou "anorak blues" mais un artiste se doit de transfigurer la réalité même avec un anorak Oxbow ou Creeks (pour les chanceux) made in 1993.



 chroniques


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.