> Critiques > Labelisés



Avouez le, il y a quand même plus sexy pour avoir envie d’écouter ou non un disque qui trône au dessus d’une des piles de cd’s qui n’attendent qu’une chose, que l’aimable propriétaire des lieux daignent écrire quelques lignes sur eux. Voici le portrait : Ils étaient trois (oui ils sont 4 maintenant) ils viennent des Pays Bas, ils sont passionnés par la musique psychédélique des années 60 et 70 et ils se sont enfermés plusieurs mois dans une antienne porcherie pour créer des chansons.

Là pour moins que cela vous finissez au mieux dans un équivalent batave de la TNT pour un sujet vu de l’intérieur du groupe, avec un titre du style, copain comme cochon ils font des étincelles avec la musique, au pire en support de la tête d’affiche d’une foire au bestiaux, en première partie d’un ventriloque unijambiste.

Sauf que « Macrocosm Microcosm » premier album de Pauw (non pas Tauw qui est plus le cri d’Homer Simpsons) est un album emballant à plus d’un titre. Si le psychédélisme est présent, ce n’est pas celui un rien daté des années pompidolo-giscardienne, mais plutôt celui plus savoureux, plus pondéré, des années 90’s. Il n’y a qu’à écouter "Visions" ou "Glare", morceaux qui avancent sur une thématique similaire, laissant les guitares parader sans jamais servir de paravent à un chant qui lui n’est pas sans nous rappeler nombre de groupes que nous aimions écouter à une époque où nous faisions la queue le mardi matin chez le disquaire pour les derniers arrivages de chez Setanta, 4AD et autres régalades de nos oreilles gourmandes, mais pas rassasiées.

Si avec "Shambala" et ses sonorités venant des contes des milles et une nuits le groupe a gagné ses lettres de noblesse au pays de Marco Van Basten, il devrait avec ce premier album passer les frontières. Comme si My Bloody Valentine s’acoquinait avec Kula Shaker et Lush pour une orgie sonore jamais insidieusement perverse toujours grande ouverte vers le monde comme sur le très entrainant « Abyss ».

Une présentation pas sexy pour un disque qui ne demande qu’à être mis à nu et découvert. Très bonne pioche.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.